GESTION DES RESSOURCES EN EAU

Dans le secteur de secteur de l’hydraulique rurale , des réformes significatives ont été successivement mises en œuvre depuis une quinzaine d’années en milieu rural aussi bien qu’en milieu urbain. Depuis 2005, au Sénégal, le secteur s’est structuré autour du cadre programmatique national Eau Potable et Assainissement du Millénaire (PEPAM),

Pour la période 2005-2015. Il vise à atteindre l’OMD 7.c, avec un taux d’accès à l’eau potable de 82% et un taux d’accès à l’assainissement de 63% pour le milieu rural à l’horizon 2015.

Les chiffres de l’année 2012 portant sur l’accès à l’eau et à l’assainissement fournis par le Joint Monitoring Programme 1 donnent une vision d’ensemble du secteur au Sénégal :74% de la population sénégalaise accès à une source d’eau potable améliorée, dont 46% par un branchement domestique. Si ce chiffre place le Sénégal bien au-dessus de la moyenne de l’Afrique sub-saharienne (64% d’accès à une source améliorée, dont 16% seulement par branchement domestique), il masque cependant des inégalités assez fortes entre milieu urbain et milieu rural : 92% de la population urbaine dispose d’un accès amélioré à l’eau potable, contre 60%en milieu rural.

Aussi au vu de ce constat, les principaux défis concernant le secteur de l’eau et l’assainissement au Sénégal concernant :

L’amélioration continue de l’accès à l’eau potable en ciblant en particulier les régions rurales moins bien desservies ;

La protection de la ressource en eau et la préservation de la santé publique par une amélioration de l’accès; qui doit se traduire non seulement par des infrastructures adaptées, mais également par la promotion des bonnes pratiques en particulier en milieu rural.

L’augmentation du taux d’accès aux installations par le développement des infrastructures, la définition et l’application d’un cadre de gouvernance adapté et performant pour le secteur de l’eau est essentiel.

C’est dans ce contexte  que MSA  a développé et exécuté  plusieurs projets  dans le sous-secteur de l’hydraulique rurale sur la base notamment des grands principes suivants :

  • instauration d’un service public de l’eau potable en milieu rural ;
  • délégation de l’exploitation et de la gestion de l’eau potable en milieu rural aux usagers avec une séparation des fonctions de représentation, de contrôle et d’exploitation ;
  • transfert de la maintenance au secteur privé ;

Ces principes sont exposés dans la loi sur le Service Public de l’Eau Potable et de l’Assainissement (SPEPA), qui constitue le cadre législatif de la réforme du secteur, Promulguée en 2008, cette loi n’est cependant toujours pas entrée en vigueur du fait de l’absence de publication de textes d’application.

Parallèlement à cette réforme, le Sénégal est engagé depuis plusieurs années dans la mise en place d’une politique de Gestion Intégrée des Ressources en Eau ( GIRE), avec notamment l’adoption en 2008 du Plan d’Action  de Gestion Intégrée des Ressources en Eau